La France a peur des véganes

 

Je ressens un changement d'atmosphère depuis quelques semaines en France. La presse parle beaucoup des véganes en ce moment et leur donne une image inquiétante

 

Les articles

Voici différentes unes que j'ai trouvées en quelques minutes en cherchant le terme "végane" dans les actualités Google:


Quelles sont ces actions extrêmes et effrayantes dont parle la Presse?

Depuis début 2018, la CFBCT, la confédération française de la boucherie, boucherie-charcuterie, traiteurs, a recensé en France "douze cas de commerces alimentaires caillassés avec tags de revendications anti-spécistes" et plusieurs dizaines de cas de détérioration par "faux sang versé" ou "pose d'autocollants revendicatifs".

La porte ouverte à toutes les fenêtres

Et depuis ces évènements la Presse se lâche et lance des affirmations délirantes: les véganes seraient d'extrême droite selon Marianne, ils seraient plus inquiétants que Dae'ch selon le magazine Valeurs Actuelles qui cite ici les mots d'un gendarme:

Marianne

Marianne

Valeurs Actuelles

Une vague anti-végane?

Cela n'est pas nouveau que la presse n'est pas pro-végane (ou même simplement neutre), une étude sociologique anglaise de 2011 avait déjà montré que sur les 397 articles de la presse britanniques publiés en 2007, 75% d'entre eux avaient une résonance négative.

La nouveauté n'est donc pas la critique du véganisme mais que ces articles soient aussi nombreux et fassent la une des journaux.

Des conséquences nocives pour la communauté végane

On pourrait balayer cette presse d'un revers de main et trouver simplement ça ridicule mais ce n'est pas mon cas, cette avalanche d'articles ne pourra pas détruire le mouvement végane mais elle peut lui nuire c'est certain.

 

Jusqu'à maintenant les véganes étaient en général moqués, avec la caricature du végane bobo citadin, déconnecté et utopiste, un moyen de le ridiculiser mais surtout de ridiculiser ses idées.On a désormais changé de registre et le végane fait peur, c'est un extrémiste, violent et anarchiste. On essaye de mettre de côté l'intellect du lectorat et de s'adresser directement à ses émotions et d'éveiller sa peur.

 

Cela risque de compliquer la vie des nouveaux véganes quand on sait que le véganisme se développe surtout chez les jeunes, 11% des 16-25 ans se déclarent végétariens ou véganes, leur quotidien sera difficile si leurs parents voient dans le véganisme une dérive sectaire et non pas une prise de conscience éthique. (source)

 

Selon une étude américaine de 2002  le manque de soutien de l'entourage était l'une des premières raisons qui décourage les individus du véganisme (étude trouvée grâce à un très bon article de Slate)

Une question se pose

Pourquoi une réaction si importante des médias, disproportionnée par rapport aux faits, je le rappelle on parle d'une douzaine de caillassages et de faux sang aspergé sur des vitrine.

Pour rappel: combien de véganes sommes-nous en France? Selon les sondages nous représentons 1 à 2% de la population, nous sommes donc entre 500.000 et 1 million de véganes et la presse nous résume à ces 12 caillassages. Pourquoi?

Une presse qui brode, carniste et sensationnaliste

Je pense tout d'abord que les médias ont une tendance générale à grossir les choses et en faire des caisses (comme par exemple le décès de Johnny Hallyday), surtout s'il n'y a pas une autre actualité plus brûlante qui pourrait l'éclipser. En plus cette actualité se passe en France (autre point d'intérêt qui incite à en parler) et elle concerne en théorie tout le monde puisque la majorité des gens mange de la viande. Enfin c'est un sujet polémique, ce qu'une certaine Presse adore car le sensationnalisme attire le public. Ce genre d'article polémique et qui fait appel à la peur des gens est sans doute pas mal lu et partagé.

 

Mais je pense que ce ne sont pas les seules raisons, je pense que cela est dû également à l'essence même du véganisme car ces sites de presse sont tenus par des journalistes qui ne sont malheureusement pas toujours objectifs et peuvent être influencés par le fait que le véganisme s'attaque à leurs valeurs carnistes.

Un pas a été franchi

Le végane a toujours été cet autre qui ne vit pas comme moi et dont les principes éthiques refusent mon mode de vie carniste, c'est un autre qui remet en question l'ordre établi, mon ordre établi et de l'assimiler à un autre hostile il n'y a qu'un pas, et ce pas là Presse l'a franchi dernièrement avec sa surenchère de la peur et du végane terroriste.

 

Cela n'est pas venu de nulle part, l'étincelle qui a mis le feu au poudre a été le caillassage des vitrines, un acte violent qui s'attaque à la propriété d'autrui. Il a mis le véganisme sur le devant de la scène (c'était sans doute le but de ces actions) mais sous une lumière bien négative malheureusement. Tant que ces violences dureront ce sera difficile d'avoir un débat apaisé déjà que le débat est difficile car le carnisme est profondément ancré en France.

 

Ces évènements ont permis à une hostilité qui était latente de s'exprimer, on verra dans les mois à venir comment cela va évoluer. Personnellement j'en ressens déjà l'impact (même si ce n'est pas dramatique) puisque une personne que je connais bien et avec qui j'ai partagé (pacifiquement) des repas où de la viande était servie assimile maintenant les véganes à des personnes violentes et s'est dit prête à défendre avec ses armes sont droit à manger de la viande (on voit le résultat quand on s'adresse à la peur des gens et non à leur intellect, ça n'élève pas le débat), si cela évolue et ne se tasse pas on en reparlera dans un prochain article, je vous dis à très bientôt et vive le véganisme :)